01100100 01101111 01100011 01110101 01101110 01100101 01110100 00101110 01100110 01110010 00001010


> après le médecin traitant, voici le pharmacien correspondant

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : santé Mots clés : aucun


     17 ans après la mise en place du médecin traitant obligatoire - la loi date d'août 2004, le dispositif de "pharmacien correspondant" va pouvoir être se développer grâce à un décret paru dimanche au Journal officiel. Ce dispositif va donner un peu plus d'indépendance au pharmacien à condition que le médecin du patient soit d'accord.
     Le pharmacien correspondant sera autorisé à "renouveler périodiquement des traitements chroniques et ajuster, si besoin, leur posologie", précise le texte du Journal officiel. L'ordonnance devra mentionner que le pharmacien peut faire le renouvellement ou le changement de posologie qui pourra être limité à une partie de l'ordonnance. En cas de nouvelle posologie, le pharmacien devra en informer le médecin traitant. La prescription, renouvellement du pharmacien inclus, ne devra pas dépasser un an. Dans les faits, un pharmacien pouvait déjà renouveler pour un mois une prescription pour une maladie chronique.
(...)
     "L'intégration du pharmacien dans le parcours de soins se consolide", réagit dans le Figaro Renaud Nadjahi, vice-président du syndicat USPO (Union de syndicats de pharmaciens d'officine). Il estime que le pharmacien devient "de moins en moins commerçant et de plus en plus soignant". Ces dernières années, les pharmaciens peuvent déjà vacciner contre la grippe, faire des tests antigéniques ou des bilans de médication.
(...)
     Contrairement au choix du médecin traitant, obligatoire sous peine d'être moins bien remboursé par l'Assurance maladie, le dispositif de pharmacien correspondant ne sera pas obligatoire pour les patients.
(...)


 Le filet pour emprisonner le citoyen se resserre de jour en jour !
Il parait évident que les pharmaciens vont modifier les médicaments prescrits selon leurs intérêts financiers avec les labos pharmaceutiques qui dicteront leurs "conseils" de vente. D'autre part, vu le nombre d'erreurs commises par les vendeuses avec mes ordonnances, ces erreurs vont s'amplifier car le pharmacien ne pourra pas s'occuper de tous ses clients. Je le vois mal suspendu à son téléphone pour se mettre en contact avec 5 médecins traitant pour 5 ordonnances en cours de 5 clients différents...
Il est certain que dans une année ou deux, ce pharmacien référent sera devenu obligatoire et les quelques "garde-fous", aujourd'hui mis en place par le législateur, auront disparu. Vive la privatisation de la santé ! Il y a tellement de fric à se faire, il suffit de regarder comment cela se passe aux états-unis !