L'union européenne est l'ennemi cupide, perfide et impitoyable de ses populations
   
"Quand l’état fait mine de faire un cadeau d’une main, c’est qu’il a systématiquement l’autre main dans votre poche pour en récupérer le double." (Pangloss)

💩 Europe de merde : Bruxelles, le parlement européen excite les frères musulmans

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : europe de merde Mots clés : aucun

          Depuis un certain nombre d’années, Bruxelles, la capitale symbolique de l’Union européenne, est infiltrée par les Frères musulmans. Leur stratégie, bien connue, vise à empêcher toute intégration des populations de culture islamique en Europe et, plus encore, à gagner du terrain politique. Et la Belgique constitue une cible de choix. (...)

          (...) En réalité, à Bruxelles, on recense moult sigles et acronymes d’associations fréristes, quoique non avouées comme telles, chacune arguant d’une cause propre à recueillir l’assentiment de la libérale Europe : féminisme, inégalités sociales, racisme, etc. C’est donc toute une nébuleuse islamiste qui a tissé sa toile dans la capitale belge pour s’étendre dans l’Union européenne et bénéficier de ses généreuses subventions, profitant de sa complexité institutionnelle comme de sa faiblesse idéologique. Ce noyautage est d’autant plus insidieux qu’il prend une forme rhizomatique : telle association renaît quand la précédente se voit interdite, tel collectif sert les intérêts de tel autre. Et chaque fois qu’un parlementaire s’émeut des largesses accordées à ces groupuscules dangereux, la réponse de la Commission est invariablement laconique et langue de bois, affirmant ainsi que « les subventions de l’UE sont allouées conformément aux règles régissant les appels à propositions et sur la base d’objectifs clairs ». De manière générale, comment comprendre la complaisance ou l’aveuglement des institutions européennes face à un mouvement dont les objectifs délétères sont bien documentés ? Que les Frères musulmans cultivent pathologiquement antisémitisme, homophobie, misogynie, haine des Lumières n’a pas l’air de constituer un problème pour les progressistes que se veulent les Européens. - source -