L'union européenne est l'ennemi cupide, perfide et impitoyable de ses populations
   
"Quand l’état fait mine de faire un cadeau d’une main, c’est qu’il a systématiquement l’autre main dans votre poche pour en récupérer le double." (Pangloss)

đź’© Europe de merde : projet C.P.E. pour associer les balkans occidentaux Ă  l'Europe

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : europe de merde Mots clés : aucun

          Un nouveau sommet UE-Balkans s’est déroulé le 23 juin 2022 à Bruxelles. Ces réunions des dirigeants de l’Union et des Balkans occidentaux ont pour objectif de faire le point sur les processus de candidature en cours. Le seul pays de la région à avoir intégré l’UE est la Croatie en 2013.

          Les six autres pays des Balkans occidentaux non membres de l’Union n’en sont pas tous au même stade dans le processus d’intégration. Parmi eux, quatre sont officiellement reconnus comme candidats : il s’agit de la Macédoine du Nord (depuis 2005), du Monténégro et de la Serbie (depuis 2012) ainsi que de l’Albanie (depuis 2014). La Bosnie-Herzégovine et le Kosovo sont quant à eux considérés comme “candidats potentiels”. La première a déposé sa candidature en 2016 mais n’a pas encore obtenu le statut de candidat. Quant au second, il a fait part de son intention de rejoindre l’UE mais n’a pas encore candidaté.

          Dans le contexte de la guerre en Ukraine depuis la fin du mois de février 2022, plusieurs États membres de l’Union ont insisté pour relancer l’élargissement dans les Balkans. A l’occasion d’une réunion des pays de l’Europe du sud-est à Thessalonique le 10 juin 2022, le Premier ministre grec Kyriákos Mitsotákis a notamment profité de ce sommet pour proposer l’intégration des États des Balkans occidentaux à l’UE d’ici à 2033.

          L’Autriche, également fervente défenseuse de l’idée d’une adhésion rapide des Balkans, avait de son côté invité ses partenaires européens à envoyer des “signaux clairs” aux pays des Balkans lors du sommet du 23 juin, en particulier à la Macédoine du Nord, à l’Albanie et à la Bosnie-Herzégovine, en soulignant “le grand potentiel de déstabilisation de la Russie non seulement à l’est de l’Europe, mais aussi au sud-est”. Autre exemple, la Slovénie, qui milite activement pour que la Bosnie-Herzégovine obtienne le statut de candidat à l’UE. (...)

          L’intégration immédiate des Balkans occidentaux dans l’UE n’apparaît donc pas possible alors que le temps presse. Dans la région, des puissances concurrentes de l’Union, Chine et Russie en tête, sont aux aguets et tentent d’étendre leur influence au maximum. Pour répondre à cette urgence sans bâcler le processus d’élargissement, Emmanuel Macron a avancé le 9 mai dernier un projet de Communauté politique européenne (CPE), validée par les États membres lors du Conseil européen des 23 et 24 juin.

          Le but ? Créer une structure rassemblant les pays d’Europe qui ne peuvent pas encore rejoindre l’UE ou qui ne le souhaitent pas autour de valeurs démocratiques communes. Cette organisation, qui se veut complémentaire à l’Union et non comme une alternative à l’adhésion, a vocation à faciliter les coopérations entre États dans des domaines de premier plan, tels que la sécurité, l’énergie ou encore les infrastructures. Les Balkans occidentaux seront ainsi invités à y participer à cette nouvelle organisation européenne. - source -

l'Ukraine n'étant plus le pays favori des multinationales européennes - pour cause de guerre - où tout leur était permis, le dumping social organisé ( une des origines fondamentales de la paupérisation généralisée des français ) veut ainsi se poursuivre vers des pays "associés" où les salaires sont largement encore plus bas... Quant aux "valeurs démocratiques communes", je me marre, car ce sont uniquement les intérêts financiers des multinationales qui prévalent dans ce projet.