l'union européenne et la finance sont les ennemis cupides, perfides et impitoyables de ses populations surexploitées...


La liberté se paye sans doute de désordre, mais l'on en meurt moins que de servitude - Jacques Folch-Ribas
_____ 🐒 ____________________________________________________

🧻 les CSL ou Commerçants Sans Limite...

Classé dans : presse

( extrait du magazine 60 millions de consommateurs de juin 2024 )

SAV, Darty charrie vraiment !

          Pour la troisième fois, je téléphone au SAV de Darty pour le dépannage de mon réfrigérateur. Chaque appel coûte 0,40 € la minute, j'en suis à quinze minutes d’attente sans compter le temps de conversation... soit déjà une quinzaine d'euros ! J'ai du mal à comprendre que le fait d'appeler le magasin dans lequel j'ai acheté mon électroménager lui donne le droit de me taxer autant ! Par ailleurs, ce service après-vente ergote tellement que l'on peut se demander si Darty ne cherche pas à provoquer chez le client un découragement tel qu’il préfère encore acheter un appareil neuf plutôt que faire réparer l'ancien...

Réponse de la juriste :
          Vous pouviez utiliser le numéro non surtaxé 0978 970 970 (article 5.1 des CGV) et non pas le 0892 011010 (0,40 €/min). Selon l'article L121-16 du code de la consommation, « le numéro de téléphone destiné à recueillir l'appel d'un consommateur en vue d'obtenir la bonne exécution d'un contrat conclu avec un professionnel ou le traitement d'une réclamation ne peut pas être surtaxé. ». Autrement dit, pour toute question concernant la garantie des produits, le numéro ne peut pas être surtaxé. Le numéro d'appel doit être « indiqué dans le contrat et la correspondance » (par exemple dans les CGV, sur le bon de livraison, le document de garantie).

Ne vous faites plus avoir, et encore une fois, lisez les documents que le commerçant vous remet. Il me semblait que ce genre de pratique était révolue, perdu ! Les CSL continuent à en abuser... Perso, en ce qui concerne Darty ( ou la Fnac ), cela fait au moins 10 ans que je n'achète plus chez eux.

 

_____ 🐒 ____________________________________________________

> DuckDuckGo offre l'accès anonyme à des chatbots IA

Classé dans : en ligne

 

>>> c'est par ici

 

          Un accès en toute simplicité et de manière anonyme à des chatbots IA populaires. C'est le credo de DuckDuckGo AI Chat.

          Dans le cadre de sa mission de protection de la vie privée, le moteur de recherche DuckDuckGo annonce le lancement d'un moyen anonyme d'accès aux chatbots IA les plus populaires du moment. Une promesse est notamment de laisser les données à l'écart de l'entraînement des modèles d'IA.

" Les discussions sont privées, anonymisées par nos soins et ne sont pas utilisées pour l'entraînement des modèles d'IA. " DuckDuckGo souligne que les adresses IP sont supprimées et remplacées par sa propre adresse IP, tandis qu'il n'y a pas de sauvegarde ou de stockage des prompts ou des résultats.

" Les fournisseurs de modèles sous-jacents peuvent stocker temporairement les discussions, mais ils n'ont aucun moyen de relier les discussions à vous personnellement, puisque toutes les métadonnées sont supprimées. "

          Actuellement en bêta, DuckDuckGo AI Chat propose le choix parmi GPT-3.5 Turbo d'OpenAI, Claude 3 Haiku d'Anthropic, Llama 3 (version 70 milliards de paramètres) de Meta et Mixtral 8x7B de Mistral AI. Une liste qui devrait s'agrandir prochainement. Avec une limite d'utilisation par jour, l'accès est gratuit. Une version payante est envisagée pour moins de limitations et des modèles d'IA plus avancés.

          DuckDuckGo AI Chat pourrait séduire ceux qui sont déjà sensibles à la philosophie du moteur de recherche éponyme, même s'il y a quelques contraintes inhérentes aux contrôles de vie privée, dont l'oubli des discussions passées. - source -

Une bonne occasion de tests...

 

_____ 🐒 ____________________________________________________

> ces communes si cupides qu'elles ne reculent devant rien !...

Classé dans : presse

          Les obsèques de Catherine ont eu lieu le 15 mars au cimetière parisien de Bagneux. Un mois plus tard, Pascal, son mari, reçoit un courrier des pompes funèbres: « Veuillez trouver ci-incluse une taxe de la Ville de Paris due pour retard. » Une copie d’un mail de la Mairie l’accompagne. Aux services funéraires, la collectivité réclame « une redevance pour convoi tardif » de 268 euros, prévue par un arrêté municipal de novembre 2021. La raison ? Pascal et ses proches sont restés se recueillir pendant quinze minutes après l’heure officielle de fermeture du cimetière, à 17h30. Le mail est ponctué d’un énorme « Joue-la comme Paris » - la signature automatique faisant référence aux JO 2024. Les funérailles, nouvelle discipline olympique ? Abasourdi par ce « manque de tact », Pascal écrit au « Canard ».

          Contactée, la responsable des pompes funèbres se dit sidérée - « c’est dégoûtant! » - et assure n’avoir encore jamais reçu auparavant une telle demande. Pourquoi, dans ce cas, l’avoir transmise à Pascal ? Parce que, « si tous les clients font ça, à la fin du mois, je ferme la boutique ». La Mairie, elle, n’en démord pas : c’est aux pompes funèbres de s’acquitter de la somme, car « les agents du cimetière, obligés de rester, doivent être payés en heures supplémentaires ».

          Et, les caisses de la Ville, elles agonisent ?

Bientôt, ils vont fermer les cimetières à 16h.30 pour remplir leurs caisses trouées avec des redevances ( à 536 € le 1/4 d'heure ) pour convoi tardif ? Pourquoi pas !

 

_____ 🐒 ____________________________________________________

> plus de moins : austérité, récession, dette

Classé dans : en ligne, presse

          Les économistes de la Banque centrale européenne (BCE) ont fait tourner leurs gros modèles, et cela va faire mal : les politiques d’austérité vont faire plonger nos économies. Les grosses têtes pariaient sur un petit 1,4 % de hausse du PIB de la zone euro en 2025, ce sera un minuscule 1 %, et encore, si tout va bien.

          L’explication, c’est que toute dépense publique est une recette privée. Quand votre Région ou la Caisse primaire d’assurance-maladie font un chèque, c’est toujours pour une personne ou pour une entreprise. Moins de dépenses publiques, c’est moins de revenus, de consommation, d’emplois... et de recettes publiques. Et donc les politiques d’austérité aggravent la dette publique. L’Union européenne détient même le record en la matière.

          Première petite histoire : au début des années 1990, les dettes et déficits publics ne respectent pas les «critères de Maastricht», du nom du traité signé aux Pays-Bas le 7 février 1992. Les pays candidats à la monnaie unique augmentent alors leurs taux d’intérêt et diminuent leurs dépenses publiques. Résultat : une récession en 1993, la première depuis 1945 à avoir été entièrement causée par des politiques, voulue, donc ! Et une forte hausse du ratio dette publique/PIB dans les pays concernés. En France, il bondit de 35 % à 55 % en cinq petites années, de 1990 à 1995.

          Deuxième petite histoire : en 2010, à la suite des tripatouillages des banques américaines et de ceux des autorités publiques en Grèce, panique sur l’euro. Bis repetita : les États membres de la monnaie unique réduisent tous leurs dépenses. Le résultat ? Une récession et une forte hausse du ratio dette publique/PIB de la zone euro, qui passe alors de 66 % du PIB en 2007 à plus de 90 % en 2012. Plus de 20 points dans la tronche en seulement cinq ans, bravo encore !

          La troisième petite histoire, vous êtes en train de la vivre, veinardes et veinards que vous êtes. D’autant plus que les choses vont encore se durcir, puisque Bruxelles a eu la bonne idée de ressortir du placard le pacte de stabilité, que l’on espérait mort du Covid. Le mois de juin devrait être celui de l’annonce de la liste des pays mis sous « procédure de déficit excessif », où la France figurera en bonne place. Médaillée avant même les JO, quel talent, ce Bruno Le Maire !

          Car tous les facteurs aggravants de dette sont là, à commencer par des taux d’intérêt beaucoup trop élevés, décidés par les horribles dirigeants de la BCE. Certes, ils vont un tout petit peu les baisser en juin. Mais le patron de la Bundesbank le clame partout : pas question de gâcher le joli travail de destruction de l’emploi effectué par les 10 hausses de taux consécutives décidées par lui et ses potes, les taux doivent rester hauts, pour maintenir la tête des salariés dans l’étau de la peur du chômage.

          De plus, comme cela ne vous a pas échappé, l’énergie est assez chère, ces jours-ci. Depuis 2019, le prix du gaz a doublé, l’électricité a augmenté de deux tiers. Ce qui est légèrement grave pour l’industrie lourde, la chimie, la métallurgie ou encore la SNCF, qui consomment énormément d’énergie et dont les factures s’envolent. D’ailleurs, savez-vous qu’en dépit des 1000 usines qui fleurissent dans la tête de l’illuminé de l’Élysée, l’industrie n’a toujours pas retrouvé son niveau de production de 2019 ?

          Mais voilà. Les êtres humains n’apprennent pas. L’aveuglement idéologique, le souci de paraître sérieux, l’incapacité à observer la réalité font que Bruno Le Maire, auteur d’un magnifique discours anti-austérité prononcé en 2022, mène aujourd’hui exactement cette politique désastreuse. Comme l’écrivait Keynes dans le célèbre chapitre XII de sa Théorie générale de l ’emploi, de l 'intérêt et de la monnaie, « la sagesse universelle enseigne qu 'il vaut mieux pour sa réputation échouer avec les conventions que réussir contre elles». Bruno va donc échouer encore et encore, et nous avec lui. ( Gilles Raveaud )

Il y quand même deux facteurs incontournables dans l’histoire : 1°) ce sont ceux qui  ont le fric qui commandent, 2°) tous ces gens qui commandent sont loin d'être des imbéciles ou des incapables même s'ils veulent apparaître comme tel pour minimiser leurs responsabilités... Ne nous leurrons pas, tout ce que l'on ( la populace ) subit depuis 20 ans est voulu et organisé ; et, curieusement, tout cela profite aux plus riches !... Chercher l'erreur... il n'y en a pas !