l'union européenne et la finance sont les ennemis cupides, perfides et impitoyables des peuples européens...


-> Elections européennes le 9 juin, allez voter pour contrer ceux qui vous détroussent depuis des décennies sans aucun état d'âme !...

đź’© des grillons dans l'assiette

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : europe de merde, santé Mots clés : aucun

( extrait du canard enchaîné du 25 janvier 2023 )

          Depuis cette semaine, l'industrie agroalimentaire peut, grâce à Bruxelles, saupoudrer ses produits avec de la poudre de grillons domestiques partiellement dégraissés. Un ingrédient bon marché qui va permettre aux géants de la malbouffe de continuer à produire en masse, sans raboter leurs marges, alors que, sur fond de guerre en Ukraine et de bouleversements climatiques, le coût des protéines végétales et animales s'envole.

          Dès ce 24 janvier pourront ainsi être farcis avec de la « farine » de grillons : les biscuits, les petits pains, les barres de céréales, les pizzas, les sauces, les produits transformés à base de pomme de terre, les plats préparés avec des légumineuses ou des légumes, les soupes, les confiseries au chocolat, les préparations de viande, etc. Il sera juste mentionné sur l'étiquette : « poudre d'Acheta domesticus (grillons domestiques) partiellement dégraissés ». Après le criquet migrateur et la larve de scarabée Molitor, appelée aussi « vers de farine », le grillon domestique est le troisième insecte autorisé en trois ans dans l'alimentation par l'Union européenne. Onze autres candidats sont dans les cartons. Un nouveau filon pour l'agroalimentaire, dûment subventionné par l'Europe.

          Après les cochons, les poulets, les poissons, les chiens et les chats, c'est notre tour. Et tous les arguments sont bons pour nous ouvrir l'appétit. Manger des insectes va sauver la planète, parce que leur production demande moins de terres agricoles et dégage moins de gaz a effet de serre. Prenez le bœuf, la protéine la plus énergivore : pour en obtenir 1 kilo dans l'assiette, il faut utiliser 8 kilos de végétaux, contre 2 kilos de déchets organiques en moyenne pour des insectes. Sans compter la souveraineté alimentaire, pour réduire notre dépendance au soja sud-américain, le gouvernement français mise à fond sur les insectes (« Conflit», 18/8/21 ). La start-up tricolore Ynsect a commencé a produire, près d'Amiens, de la farine de larves de scarabée avec pour objectif 200 000 tonnes par an dès 2025.

          Son patron était l'invité vedette du dernier forum économique mondial de Davos, aux côtés des pédégés des multinationales de l'agroalimentaire comme Nestlé, UnNever et Cargill. Cette dernière, ainsi que la famille Mulliez, propriétaire d'Auchan, a mis des
billes dans Innovafeed, une autre société française, spécialisée, puant à elle, dans la mouche soldat noire.

On n'attire pas les mouches avec du vinaigre !

Union européenne de merde ! Ils sont prêts à autoriser n'importe quoi au détriment des populations du moment que les actionnaires se goinfrent ! D'un autre côté, encore une fois, l'étiquette empêche de comprendre d'un coup d’œil le contenu acheté... Bientôt, si on lira sur les étiquettes la mention, planquée dans une liste interminable,  "rattus norvegicus", ce sera en fait de la poudre de rat d’égout déshydratée et dégraissée dont "ils" saupoudront leurs produits pour faire gagner 0,001 cts de plus aux actionnaires par biscuit suite à une autorisation de Bruxelles ! Enfoirés !