l'union européenne et la finance sont les ennemis cupides, perfides et impitoyables des peuples européens...


-> Elections européennes le 9 juin, allez voter pour contrer ceux qui vous détroussent depuis des décennies sans aucun état d'âme !...

> l'Italie commence à priver les mères lesbiennes de leurs droits parentaux

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : autres Mots clés : aucun

          (...) Dans le cadre de sa répression des droits des parents de même sexe, le gouvernement italien a commencé à priver rétroactivement les parents de même sexe de leur lien juridique avec leurs enfants.

          (...) Liedi et sa femme Viola seraient l'un des trois premiers couples de lesbiennes à voir l'acte de naissance de leurs enfants modifié après que le gouvernement de droite du pays a annoncé en mars que les organismes publics ne devaient plus enregistrer les enfants des couples de même sexe. Le couple ne sait pas pourquoi il a été l'un des premiers à voir son statut juridique modifié rétroactivement, car dans la plupart des villes, la politique s'est concentrée sur les nouveaux nés. Ils affirment que leur communauté, leurs amis et leur famille les ont toujours soutenus.

         "Je soupçonne le gouvernement d'avoir peur qu'une famille différente, comme la nôtre, puisse être aussi heureuse - parfois même plus heureuse - qu'une famille traditionnelle", a déclaré Liedi. "Sur le papier, ils disent que Giulia a une mère, mais nous savons qu'elle en a deux. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour prouver que nous sommes une bonne famille. Sa femme a ajouté : "Personne du gouvernement ou des procureurs n'est venu voir que nous sommes une famille heureuse avec un bébé heureux."

          Si les unions civiles entre personnes de même sexe sont légales dans le pays depuis 2016, les couples de même sexe n'ont pas le droit d'adopter, en partie à cause de l'opposition de l'Église catholique. La gestation pour autrui reste illégale en Italie et des restrictions empêchent l'adoption d'enfants par alliance par l'un des parents.La procréation médicalement assistée, comme la fécondation in vitro (FIV), n'est accessible qu'aux couples hétérosexuels.

          (...) Jusqu'au mois de mars, dans plusieurs villes italiennes, les couples de même sexe pouvaient figurer comme "parents" - par opposition à "mère" et "père" - sur les déclarations de naissance. Mais le ministère de l'intérieur a commencé à envoyer des lettres ordonnant de mettre fin à cette pratique.

          Le Premier ministre italien, Giorgia Meloni, chef du parti d'extrême droite Frères d'Italie, a fait de la rhétorique anti-LGBTQ+ la pierre angulaire de sa campagne électorale.Elle s'oppose à l'adoption par les couples de même sexe ainsi qu'à la qualité du mariage, qualifiant l'union civile de "suffisante" pour les couples LGBTQ+."Oui à la famille naturelle, non aux lobbies LGBT", a-t-elle déclaré l'été dernier.

          En vertu de la législation italienne actuelle, le membre d'un couple de même sexe qui n'est pas légalement reconnu comme parent d'un enfant pourrait en perdre la garde si le parent légalement reconnu décède ou si la relation prend fin.

          Cette situation est particulièrement horrible pour un autre couple, Vanessa Finesso et Cristina Zambon. C'est Vanessa Finesso qui a donné naissance à leur fille après avoir eu recours à la fécondation in vitro en Espagne.Bien qu'elle ait utilisé l'ovule de Zambon, cette dernière a été menacée de perdre ses droits parentaux par le gouvernement. Finesso est atteinte d'un cancer et craint que sa femme ne perde la garde de leur fille si elle décède.

          L'ordonnance met également en péril les enfants des couples de même sexe à d'autres égards. "Les enfants finissent par avoir un accès limité à des services et prestations essentiels, tels que les soins de santé, l'héritage et la pension alimentaire", a déclaré Angelo Schillaci, professeur de droit à l'université Sapienza de Rome, à la BBC lorsque la politique a été annoncée pour la première fois. "Actuellement, un seul parent est reconnu par la loi, l'autre est un fantôme. Dans la vie réelle, les parents et les enfants jouent ensemble, cuisinent ensemble, font du sport et partent en vacances ensemble. Mais sur le papier, ils sont séparés, l'Etat ne les voit pas. C'est une situation paradoxale.

          Dans la ville de Padoue, où vivent Finesso et Zambon, 27 familles (33 enfants) ont reçu des lettres d'avertissement indiquant que l'un des parents pourrait perdre ses droits parentaux et se voir retirer sa place sur le certificat de naissance de leurs enfants. Certains envisagent de quitter définitivement le pays. Mais le maire de Padoue, Sergio Giordani, défie les ordres du gouvernement et continue de délivrer des certificats de naissance reconnaissant les familles composées de deux mères. (...) - source -

Cela fait partie de la montée, organisée par la finance inquiète, des extrêmes-droites en Europe et des dictatures au sein de l'union européenne de merde, le tout associé à une "bonne morale" religieuse,...