l'union européenne et la finance sont les ennemis cupides, perfides et impitoyables des peuples européens...


-> Elections européennes le 9 juin, allez voter pour contrer ceux qui vous détroussent depuis des décennies sans aucun état d'âme !...

> l’enregistrement, l’évaluation, l’autorisation et la restriction des produits chimiques par l'union européenne

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : europe de merde, presse, santé Mots clés : aucun

“Ursula” a scalpé Reach

         Dissous dans l’acide politique de Bruxelles ! Cette fois, il ne reste plus rien de la réforme du règlement communautaire européen Reach pour l’enregistrement, l’évaluation, l’autorisation et la restriction des produits chimiques, qui,d’ici à 2030,devait interdire quelque 12 000 substances dangereuses ou nocives aujourd’hui contenues dans les produits pharmaceutiques, alimentaires, énergétiques, électroniques ingurgités ou respirés quotidiennement par les 447 millions de citoyens européens...

          Synonyme d’abandon, le « report sine die » de ce grand nettoyage prévu de longue date, mais déjà sévèrement essoré par les droites européennes et plusieurs fois repoussé, a même été annoncé solennellement le 17 octobre.

          Adieu, les multiples bienfaits escomptés sur l’obésité, les maladies neurologiques, l’asthme, la prévention des cancers ! Des sommes de détresses épargnées et 31 milliards d’économies de santé (selon les propres études d’impact de l’Union européenne !) qui ont été sacrifiés sans émotion particulière par la patronne de la Commission elle-même.

          « La présidente von der Leyen a offert aux conservateurs européens le scalp de Reach en échange du reste du Green Deal », se désole le Français Pascal Canfin (Renew), le chef de la commission de l’Environnement du Parlement européen. L’inflexible « Ursula la Teutonne » (le très délicat surnom que lui ont donne ses opposants) a, en effet, imposé son deal pas green passé avec ses amis de la CDU, son parti d’origine, pilier de sa majorité européenne. Défenseurs intéressés des PME de la chimie allemande (96 % des 340 000 salariés du secteur, le plus puissant d’Europe), ces bons chrétiens-démocrates sont en croisade contre tout durcissement réglementaire - y compris les formules light acceptées par les géants Bayer et Merck.
Pas question d’empoisonner les empoisonneurs ? O.P.

Vous comprenez ? C'est le vrai visage de ceux qui commandent réellement l'union européenne de merde dans laquelle "on" se fiche éperdument des démocraties et des peuples du moment qu' "on" engrange les bénéfices...