L'union européenne est l'ennemi cupide, perfide et impitoyable de ses populations
   
"Quand l’état fait mine de faire un cadeau d’une main, c’est qu’il a systématiquement l’autre main dans votre poche pour en récupérer le double." (Pangloss)

đź’© Europe de merde > la guerre du sel

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : europe de merde Mots clés : aucun

          Comme du gros sel dans le sablier. Cela fait presque cinq ans maintenant que la Commission européenne se casse la tête pour définir ce qu'est un sel bio. Pour les 600 petits exploitants de marais salants des côtes bretonne et vendéenne, seul leur sel marin artisanal est digne de bénéficier de l'estampille « Agriculture biologique ». Une alléchante étiquette « AB » que lorgnent aussi les producteurs de sel industriel. Au premier rang desquels l'allemand Esco, propriétaire de la marque Cérebos, et le groupe français Salins (La Baleine), qui extrait ses 100 000 tonnes par an de Camargue ainsi que d'une gigantesque mine en Meurthe-et-Moselle (« Conflit », 2/10/19).

          Dans une première version du cahier des charges, Bruxelles avait mis dans le même panier bio le sel marin récolté à la main dans des petits bassins d'une dizaine de mètres carrés et celui extrait mécaniquement par des robots moissonneurs sur des exploitations de plusieurs hectares. Plus salé encore : l'Europe avait carrément envisagé d'accorder la fameuse certification bio au sel minier, également utilisé pour déneiger les routes ou dans les lave-vaisselles.

          La levée des spatules des paludiers l'avait obligé à revoir fissa sa copie et à mandater un groupe d'experts. Il y a quelques semaines, la Commission a rendu une troisième version de son projet de règlement. Entre-temps le gouvernement français a enfin tapé du poing sur la table à Bruxelles pour détendre ses paludiers contre les Allemands, qui voulaient protéger leurs mines de sel. Il faut dire que nos députés lui avaient mis la pression en votant, en février une résolution limitant la certification bio au sel récolté à la main. Résultat des courses : la Commission a exclu de son projet de règlement le sel minier extrait à coups d'explosifs ou par procédé chimique. En revanche, le sel de mine prélevé par des raboteuses rotatives pourra prétendre au label bio. Comme du sel sur la plaie, pour nos paludiers.

          Et le pire est peut-être à venir, puisqu'une quatrième et dernière mouture du cahier des charges est prévue à l'automne. Une aubaine pour les Allemands, qui vont pouvoir intensifier leur lobbying auprès de la Commission. De leur côté, les Espagnols, profitant du fait que le nouveau règlement européen sur les produits bio est entré en viqueur en janvier sans le cahier des charges sur le sel « AB », ont déjà interprété le texte à leur sauce pour vendre du sel marin industriel sous étiquette bio.

Tout cela ne manque pas de sel...

( extrait du Canard Enchaîné n° 5299 du mercredi 1er juin 2022 page 5 )

 

 

💩 Europe de merde > Le Semestre européen : quand le marché prime sur la démocratie

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : europe de merde Mots clés : aucun

          Le 4 mai dernier, la France a présenté son plan national de réformes alors qu'elle n’avait pas encore élu une nouvelle majorité au parlement censée les conduire. Et le Conseil européen est formel : « Dans le cadre du semestre européen, les États membres alignent leurs politiques économiques et budgétaires sur les règles arrêtées au niveau de l'UE. » Un petit problème de souveraineté, non ? relève l'économiste Frédéric Farah.

          La construction des politiques économiques dans le cadre de l’Union économique et monétaire n’est pas simple à déchiffrer tant les niveaux nationaux et supranationaux se mêlent sans grande clarté. Bien souvent des documents clefs qui orientent les politiques économiques nationales font à peine la une des médias pour retomber aussitôt dans l’indifférence. Pourtant, cette négligence est coupable, car il s’agit de véritables feuilles de route économiques.
Ces documents de rien, mais si essentiels, sont ceux issus du Semestre européen et nous concernent au premier chef. Présentés à la presse, disponibles sur les sites de l’Union européenne (UE), ils n’ont pas véritablement retenu l’attention. La crise ukrainienne, le retour d’une certaine inflation, les pénuries diverses occupent les esprits. Alors la caravane européenne passe. (...)

          Ces mots et orientations technocratiques se traduisent dans bien des choses concrètes comme la réforme de l’assurance-chômage française de décembre 2021, la future réforme des retraites, la promotion de la négociation collective au niveau des entreprises – et non pas des branches – ou encore les ordonnances Pénicaud sur le marché du travail. La liste serait longue. C’est le marché des réformes en faveur du marché et par le marché. Ce programme a connu une extension à l’ensemble des pays de l’UE. Il suffit d’observer les réformes du marché du travail et de la protection sociale conduites en Europe depuis plus de dix ans pour s’en convaincre. (...)

          En somme quelles que soient les majorités, un programme de réforme en cours engage la représentation nationale. Si l’on va jusqu’au bout de cette logique, c’est une véritable dépolitisation des choix économiques d’une nation qui émerge alors. Dépolitisation de la monnaie, du budget… L’affaissement démocratique devient inquiétant. Ce sont des fonctionnaires non élus issus de comité financier chargés d’évaluer la pertinence des choix nationaux qui donnent le la. On voit bien la mascarade électorale qui se dessine. (...) - source -

 

đź’© Europe de merde > quand Ursula von der Leyen fait ce qu'elle veut...

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : europe de merde Mots clés : aucun

          Si Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, « continue de refuser à appliquer sérieusement les règles de conditionnalité sur l’état de droit, nous lui retirons notre soutien », a indiqué l’eurodéputé Guy Verhofstadt.

          Trois figures du groupe Renew (libéraux) au Parlement européen ont appelé lundi à soumettre au vote des eurodéputés une motion de censure contre la commission Von der Leyen, lui reprochant son feu vert au plan de relance polonais malgré les manquements de Varsovie sur l’état de droit.

          Pour être mis au vote en séance plénière, ce texte contre l’exécutif de l’Union européenne préparé par la Néerlandaise Sophie in’t Veld, l’ancien Premier ministre belge Guy Verhofstadt et l’espagnol Luis Garicano, vice-président du groupe Renew (auquel appartient la délégation française LREM), devra d’abord recueillir les signatures d’au moins un dixième des eurodéputés (soit 70 parlementaires).

          Si Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, « continue de refuser à appliquer sérieusement les règles de conditionnalité sur l’état de droit », qui visent à conditionner le versement de fonds européens au strict respect par les États membres des droits fondamentaux, « nous lui retirons notre soutien », a indiqué Guy Verhofstadt.

          Trois figures du groupe Renew (libéraux) au Parlement européen ont appelé lundi à soumettre au vote des eurodéputés une motion de censure contre la commission Von der Leyen, lui reprochant son feu vert au plan de relance polonais malgré les manquements de Varsovie sur l’état de droit.

          Pour être mis au vote en séance plénière, ce texte contre l’exécutif de l’Union européenne préparé par la Néerlandaise Sophie in’t Veld, l’ancien Premier ministre belge Guy Verhofstadt et l’espagnol Luis Garicano, vice-président du groupe Renew (auquel appartient la délégation française LREM), devra d’abord recueillir les signatures d’au moins un dixième des eurodéputés (soit 70 parlementaires).

          Si Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, « continue de refuser à appliquer sérieusement les règles de conditionnalité sur l’état de droit », qui visent à conditionner le versement de fonds européens au strict respect par les États membres des droits fondamentaux, « nous lui retirons notre soutien », a indiqué Guy Verhofstadt. Ukraine, Covid, Brexit… Ursula von der Leyen, capitaine européenne dans la tempête
« Un problème politique majeur »

          La Commission a donné mercredi son feu vert au plan de relance polonais de 35,4 milliards d’euros, bloqué depuis plus d’un an à cause des manquements reprochés à Varsovie en matière d’indépendance de la justice.

          Or, les trois responsables de Renew jugent insuffisantes les annonces de Varsovie, dont la levée de la suspension d’un juge et le vote au Parlement polonais de la suppression de la chambre disciplinaire censée contrôler les juges, qui ont ouvert la voie au feu vert de Bruxelles.

          Les conditions réclamées par la Commission « sont en-deçà de ce qui a été exigé par la Cour européenne de justice (CJUE), et ne répondent pas au refus des autorités polonaises de reconnaître la primauté du droit de l’UE », alors que Varsovie « ne manifeste aucune intention (...) de restaurer pleinement l’indépendance du pouvoir judiciaire », cingle Sophie in’t Veld, accusant Ursula von der Leyen d’avoir « créé un problème politique majeur ». (...)

          Pour être adoptée au Parlement, une motion de censure doit être approuvée aux deux-tiers des suffrages exprimés. Contactés, des responsables et porte-paroles de différents groupes (Verts, S&D, Renew et PPE - droite pro-européenne et première force au Parlement), réservaient leur position avant des réunions prévues dans l’après-midi à Strasbourg.

          Iratxe Garcia Perez, présidente de S&D, avait cependant appelé la semaine dernière à refuser tout versement avant que la Pologne ne remplisse « toutes les conditions » fixées par la CJUE, tandis que les Verts exprimaient leurs « graves préoccupations ». - source -

 

💩 Europe de merde > près d’un tiers des fruits produits en Europe sont contaminés par des pesticides dangereux

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : europe de merde Mots clés : aucun

                  Cerises, poires, pêches ou kiwis contiennent des résidus de substances qui auraient dû être interdites depuis 2011, selon l’ONG Pesticide Action Network Europe.

          C’est l’éphémère temps des cerises, de retour sur les étals depuis quelques jours. Mais, aussi appétissantes soient-elles, leur rouge écarlate peut cacher des produits toxiques. Une cerise sur deux est contaminée par des résidus de pesticides classés parmi les plus dangereux pour la santé, alerte une étude inédite publiée mardi 24 mai par l’ONG Pesticide Action Network Europe (PAN EU). Et la cerise n’est pas le seul fruit concerné ; c’est également le cas pour près de la moitié des pêches et des poires ou pour un tiers des pommes.

          Au total, près d’un tiers (29 %) des fruits produits en Europe sont contaminés. Des taux qui ont explosé au cours de la dernière décennie : + 53 % en moyenne entre 2011 et 2019, jusqu’à + 152 % pour les cerises et même + 397 % pour les kiwis, qui détiennent le record. Des résultats qui contredisent les déclarations officielles de la Commission européenne et des Etats : l’usage des pesticides, et en particulier des plus toxiques, recule. (...)

          Explorer les résultats permet à la fois de repérer les fruits qui sont les plus contaminés et les origines à éviter. Revenons à nos cerises. En 2011, 22 % des échantillons faisaient apparaître des résidus de pesticides parmi les plus dangereux. Une proportion qui a bondi à 50 % en 2019, soit une augmentation de 152 %. Pour cette dernière année de référence, ce sont les cerises produites en Espagne qui sont les plus contaminées (74 %), devant la Grèce (64 %) et la France (63 %). Dix pesticides différents ont été mis en évidence par les tests et jusqu’à cinq dans des cerises espagnoles. La molécule la plus retrouvée est le tébuconazole, un fongicide soupçonné notamment d’être toxique pour la reproduction, avec des effets délétères sur le développement du fœtus.

          Dans le top 5 des fruits dont le taux de contamination a le plus progressé entre 2011 et 2019, les cerises sont seulement devancées par les kiwis (+ 397 %, pour s’établir à 30 %). Suivent les pommes, le fruit le plus produit en Europe (+ 117 %, à 34 %), les poires (+ 103 %, à 47 %) et les pêches (+ 52 %, à 46 %). (...)

          « Echec total » de l’Europe « Les consommateurs européens sont de plus en plus exposés à des pesticides qui auraient dû être retirés du marché depuis 2011 en raison de leur dangerosité », commente Salomé Roynel, du PAN Europe. Pour l’ONG, la « hausse spectaculaire » des quantités de fruits contaminés révélée par l’étude marque « l’échec total » de l’Europe à « mettre en œuvre sa réglementation et protéger les consommateurs ». Dans un rapport publié en 2019, la Commission elle-même reconnaissait que la directive sur les pesticides n’était pas appliquée par les Etats. Ainsi, à l’échelle européenne, entre 2015 et 2018, sur 530 demandes nationales d’autorisation ou de réautorisation, aucun pesticide « candidat à la substitution » n’a été remplacé par un produit moins nocif. Et la situation n’a guère évolué depuis. En France, selon nos informations, seulement deux pesticides « candidats à la substitution » ont été retirés du marché entre 2015 et 2020, sur quelque 285 dossiers. (...) - source -

 

💩 Europe de merde > aux Etats-Unis, le lobbying des "évangéliques" menace les droits humains

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : europe de merde Mots clés : aucun

> d'un côté :

"... Les "évangéliques" ont le vent en poupe avec environ 665 millions de fidèles dans le monde. Dans certains pays, comme aux États-Unis, cette frange du christianisme protestant dispose de puissants relais. Ils ont investi la scène politique pour contrecarrer des avancées sur le plan des droits humains. Et leur influence politique est grandissante. En témoigne le possible réexamen par la Cour suprême américaine de l'arrêt Roe vs. Wade, reconnaissant le droit des femmes à avorter dans le pays depuis 1973..." (source)

> et d'un autre côté :

Ursula von der Leyen née Albrecht le 8 octobre 1958 à Ixelles (Belgique), est une femme d'État allemande. Membre de l’Union chrétienne-démocrate (CDU), elle est présidente de la Commission européenne depuis 2019.

(...)

Née en 1958 à Ixelles, dans la région bruxelloise, Ursula von der Leyen y réside jusqu’à l’âge de 13 ans et y fréquente l’École européenne de Bruxelles I. Son père Ernst Albrecht était l’un des premiers fonctionnaires européens, travaillant à ce titre dès la création de la Commission européenne en 1958, d’abord au sein de la commission Hallstein, comme chef de cabinet auprès du commissaire européen à la Concurrence Hans von der Groeben, puis de 1967 à 1970 comme directeur de la direction générale de la Concurrence. (...) En 1986, elle se marie avec le médecin Heiko von der Leyen, issu de la famille von der Leyen, de Krefeld, qui a fait fortune dans le commerce de la soie. Heiko von der Leyen deviendra professeur de médecine et PDG d’une entreprise d’ingénierie médicale. Il est depuis décembre 2020 « Medical Director » de la société de biotechnologies Orgenesis (thérapies cellulaires et géniques). La famille von der Leyen est de confession luthérienne et membre de l’Église évangélique d’Allemagne.

(...) - wikipedia -

 

                     Il paraît donc très probable que l'Europe de merde est aux mains des évangélistes et de ses financiers, ce qui explique le pillage organisé de la France, historiquement et culturellement anti-évangélistes. Sans oublier les mesures rétrogrades édictées par cette Europe de merde, la perte de nos libertés individuelles et la mise en place progressive de la surveillance/répression généralisée des populations... Macron, évangéliste caché ?