l'union européenne et la finance sont les ennemis cupides, perfides et impitoyables des peuples européens...


> Le gouvernement est atteint de dissolutionite aigüe

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : autres Mots clés : aucun

 

          (...) Derrière le risque d’une dissolution, c’est la crainte d’une jurisprudence extensive et liberticide qui pourrait menacer demain l’ensemble du mouvement social. « Qu’est-ce qui empêchera de dissoudre un syndicat de salariés qui brûle des palettes, de paysans qui démonte un Mc Do, un collectif citoyen qui fauche des OGM, un collectif écologiste qui repeint la façade d’une multinationale ? » se demande une participante. La porte-parole d’Attac, Youlie Yamamoto, dénonce un gouvernement « atteint de dissolutionite aigüe », tandis qu’une autre s’inquiète de la « tempête liberticide qui s’abat sur la contestation sociale ». (...) - source -

"Normal", nous sommes en dictature ; il serait temps de s'en rendre compte,...

 

> vous possédez un véhicule dont la clé fonctionne à distance et sans contact ?

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : autres Mots clés : aucun

          Quelques minutes suffisent à un voleur pour s'en emparer en toute discrétion et sans la moindre éraflure. Limitez les risques de vol avec cette simple astuce.

          Depuis de nombreuses années, les voitures sont fournies avec des clés dites Keyless Entry. Plus besoin d'insérer la clé dans la serrure de la portière pour l'ouvrir et même de la tourner dans le contact pour démarrer le véhicule. Avec la clé dans la poche, il suffit de s'approcher de la portière et d'actionner la poignée pour s'installer sur le siège conducteur. Une pression sur le bouton Start, et la route est à vous. On gagne ainsi un temps précieux à ne pas farfouiller partout pour trouver la clé et s'en aller rapidement. Vous trouvez ça pratique ? Les voleurs aussi ! Car ce progrès technologique présente une vraie faille de sécurité exploitée sans vergogne par les voleurs. Pas besoin pour eux de forcer la serrure ou de briser la vitre de la portière au risque de déclencher l'alarme. Un simple dispositif électronique permet de prendre possession de la voiture en toute discrétion. Et pas besoin non plus d'être un petit génie de l'informatique pour s'en servir.

► pour lire la suite...

> calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose...

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : autres Mots clés : aucun

         (...) Les tentatives de disqualification de la gauche en général, et de LFI en particulier, ne sont pas inédites, mais elles se réactivent de façon aigüe en temps de crise, libérant calomnies et mensonges. Cette fois, ce sont les analyses et les choix sémantiques de LFI sur le conflit israélo-palestinien qui ont été ciblés. Profiter de l’abomination des exactions commises par le Hamas en Israël – que l’on appelle « crimes de guerre » ou « actes terroristes » et que tout le monde s’accorde à condamner – pour intenter des procès en antisémitisme relève d’un procédé politique misérable et d’une malhonnêteté intellectuelle qui ne pourront que renforcer, si besoin en était, la défiance à l’égard des grands médias. L’accusation d’antisémitisme est trop sérieuse pour se contenter d’imputations hasardeuses. L’antisémitisme est un mal trop sérieux pour mériter un tel « débat » médiatique – surtout lorsqu’il s’accompagne d’une mise sous silence de l’antisémitisme structurel de l’extrême droite...

          Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose. - Mathias Reymond - source

 

> les particuliers chassés du paradis fiscal

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : presse Mots clés : aucun

          L’évasion fiscale mondiale n’est pas une maladie incurable, et, quand on s’attaque sérieusement à elle, ça marche. C’est ce qui ressort du rapport publié le 23 octobre par l’Observatoire européen de la fiscalité, un centre privé de recherche cofinancé par l’Union européenne et dirigé par l’économiste français Gabriel Zucman.

          Ainsi, depuis quinze ans, l’évasion fiscale des particuliers a été divisée par trois grâce aux échanges automatiques d’informations bancaires entre une centaine de pays instaurés en 2017. Près de 13 000 milliards sont récupérés chaque année.

          Côté entreprises - surtout les multinationales US -, c’est moins bon : en 2022,1 000 milliards ont ainsi été transférés vers des paradis fiscaux, parmi lesquels l’Irlande et les Pays-Bas. Qu’attend l’Union européenne, qui peste contre l’évasion fiscale, pour faire le ménage chez elle ?

          Il y a bien l’impôt minimum de 15 % sur les bénéfices des sociétés, dont le principe a été adopté par 140 pays en 2021 et qui entrera en vigueur en 2024 en Europe. Mais, de niches fiscales en exemptions, la somme annuellement récoltée par les États sera divisée par deux, passant de 130 à 65 milliards de dollars.

          Et puis, il y a les pratiques des quelque 2 800 milliardaires de la planète, très inventifs pour faire échapper l’essentiel de leurs revenus à l’impôt grâce à des sociétés écrans, comme « Le Canard » l’a montré pour Bernard Arnault.

          Bref, c’est possible, mais c’est pas gagné. H. M.

  Quand à l'impôt minimum de 15% sur les bénéfices des sociétés adopté par l'union européenne de merde, celle-ci a du bien laissé exprès des flous législatifs  ( en Irlande et aux Pays-Bas ) pour que les entreprises puissent continuer jouer dessus pour poursuivre leur évasions fiscales, évidemment, toujours de manière "légales"...

          Imaginons un gouvernement composés de voleurs patentés, ben, ces voleurs ne vont pas se gêner pour faire des lois qui leur permettront d'exercer leur "métier" en toute impunité et légalité. Évidemment, ceux qui contesteront ces lois iniques, seront réprimés sans pitié, voire même considérés comme des terroristes... Par ailleurs, un tel gouvernement sera obligé, pour poursuivre ses activités, d'être de plus en plus autoritaire puis basculer dans une dictature pure et dure.

 

> l’enregistrement, l’évaluation, l’autorisation et la restriction des produits chimiques par l'union européenne

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : europe de merde, presse, santé Mots clés : aucun

“Ursula” a scalpé Reach

         Dissous dans l’acide politique de Bruxelles ! Cette fois, il ne reste plus rien de la réforme du règlement communautaire européen Reach pour l’enregistrement, l’évaluation, l’autorisation et la restriction des produits chimiques, qui,d’ici à 2030,devait interdire quelque 12 000 substances dangereuses ou nocives aujourd’hui contenues dans les produits pharmaceutiques, alimentaires, énergétiques, électroniques ingurgités ou respirés quotidiennement par les 447 millions de citoyens européens...

          Synonyme d’abandon, le « report sine die » de ce grand nettoyage prévu de longue date, mais déjà sévèrement essoré par les droites européennes et plusieurs fois repoussé, a même été annoncé solennellement le 17 octobre.

          Adieu, les multiples bienfaits escomptés sur l’obésité, les maladies neurologiques, l’asthme, la prévention des cancers ! Des sommes de détresses épargnées et 31 milliards d’économies de santé (selon les propres études d’impact de l’Union européenne !) qui ont été sacrifiés sans émotion particulière par la patronne de la Commission elle-même.

          « La présidente von der Leyen a offert aux conservateurs européens le scalp de Reach en échange du reste du Green Deal », se désole le Français Pascal Canfin (Renew), le chef de la commission de l’Environnement du Parlement européen. L’inflexible « Ursula la Teutonne » (le très délicat surnom que lui ont donne ses opposants) a, en effet, imposé son deal pas green passé avec ses amis de la CDU, son parti d’origine, pilier de sa majorité européenne. Défenseurs intéressés des PME de la chimie allemande (96 % des 340 000 salariés du secteur, le plus puissant d’Europe), ces bons chrétiens-démocrates sont en croisade contre tout durcissement réglementaire - y compris les formules light acceptées par les géants Bayer et Merck.
Pas question d’empoisonner les empoisonneurs ? O.P.

Vous comprenez ? C'est le vrai visage de ceux qui commandent réellement l'union européenne de merde dans laquelle "on" se fiche éperdument des démocraties et des peuples du moment qu' "on" engrange les bénéfices...

 

> Lidl : c'est moins cher en rayon que le prix réellement payé en caisse !

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : autres Mots clés : aucun

témoignage :

" Lidl: Mauvais prix des bonnes choses. Trompeur ?

          Je suis une étudiante qui a envie de manger des plats sains pour pas très cher à Paris. C'est difficile et du coup je cuisine beaucoup de légumes. Je fais souvent des courses à Lidl en me disant que c'est la solution. C'est chaotique, on retrouve jamais le même produit deux fois, très peu de personnel en plus pas très sympa... Bon bref mais j'y vais quand même car c'est "pas cher".

Mais en vrai, c'est que moins cher en rayon. En caisse c'est un prix différent.

          Très souvent ce qu'on prend au rayon de fruits a un différent prix a la caisse. Vous faites vos courses, vous prévoyez et hop apparemment non l’étiquette qui avait un prix plus bas est pour un autre produit qui est en rupture de stock, votre produit est 2 fois plus cher que prévu. On dirait que c'est juste une faute mais c'est la 3e fois que ça m'arrive. Les poireaux à moitié morts à 1.45€ c'est rentable! Mais non apparemment les poireaux en dessous de l'étiquette c'est pour un autre poireaux, des poireaux bio de 3€ ! Sauf que les poireaux bios ont 0 étiquette, nulle part, et ils sont sous l’étiquette des poireaux mystérieux de 1.45€ qui ne sont pas en rayon.

          Si j'avais su le vrai prix j'aurais probablement acheté quand même, c'est pas très cher, mais cette arnaque de montrer un prix et payer un autre je refuse. C'est pas la première fois. Google maps est remplie de remarques du genre. Le magasin est mega chaotique, et je pense qu'on en prend avantage pour faire des prix différents.

          J'en ai marre. J'ai essayé de parler avec la caissière. Elle s'en fiche et en plus elle se fâche contre moi. J'ai tout laissé et je suis partie. 30 min de perdue pour ne rien acheter à la fin. " - source -

quelques réactions au sujet :

réaction 1 : (...) " LIDL avant c'était vraiment pas cher, maintenant, c'est les même prix qu'ailleurs. A part les légumes et autres produits basiques, ils passent leur temps à vendre des produits que personne ne veut acheter, je n'ai jamais compris comment ça fonctionne niveau business model. Et c'est toujours le bordel en rayon, toujours, il n'y a souvent pas les prix correctement affichés, et souvent les prix sont absent, impossible de savoir combien coute un article en rayon, et ça le il le font exprès. C'est chiant, moi je n'y vais que si j'y suis forcé. (...)

réaction 2 : (...) Le Lidl c'est loin d'être le seul à faire ça... malheureusement.

réaction 3 : (...) En plus avec la disparition des tickets de caisse c'est ultra chaud de voir où tu te fais avoir sur les prix.

réaction 4 : (...) à noter que çà dépend vraiment du magasin.Mon ancien logement était près d'un Lidl qui était correct. Mais aujourd'hui le Lidl ou je vais c'est le bordel, surtout pour les fruits et légumes. Au début je pensais que c'était involontaire et un manque de personnel, mais quand on regarde ou il placent les étiquettes des tomates par exemple, c'est clairement fait exprès. La technique : il y a souvent une étiquette avec un prix attractif (exemple : tomates cerises producteur X / 500g), mais en dessous tu trouves les tomates cerises Y / 500g, ou bien les X / 250, mais qui elles n'ont d'étiquette Nulle Part. C'est vicieux (...)

L'arnaque quasi-systématique du client s'appelle dans le monde capitaliste du commerce ! Et pendant ce temps-là, le patron de Lidl se goinfre encore et encore : (...) Dieter Schwarz est un entrepreneur allemand, le propriétaire du groupe Schwarz (de) et le directeur de la chaîne de supermarchés Lidl fondée dans les années 1930 par son père Josef (1903-1977), et d'hypermarchés Kaufland. En 2014, il devient la 23e personne la plus riche de la planète avec une fortune s'élevant à 21 milliards d'euros et la troisième fortune d'Allemagne. En 2020, le Welt am Sonntag révèle que sa fortune personnelle s'élève à 41,8 milliards d'euros (...) ( wikipedia1 ; wikipedia2 )

 

> sécurisée et complète, la suite bureautique ONLYOFFICE s’améliore encore !

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : logiciels Mots clés : aucun

          La suite bureautique ONLYOFFICE dévoile une toute nouvelle version pour répondre encore mieux aux besoins de ses utilisateurs.

          Aujourd’hui, le télétravail est présent dans le quotidien de multiples personnes, salariés comme autoentrepreneurs. Pour pouvoir gagner en productivité, il faut être correctement équipé. Mais quelle suite bureautique adopter ? Si vous en avez marre de Microsoft Office et de la suite Google, vous allez adorer ONLYOFFICE. Cette suite bureautique incontournable offre une expérience utilisateur plus confortable que jamais grâce à une nouvelle version très attendue. De nombreuses fonctionnalités extrêmement utiles font leur apparition, permettant à ONLYOFFICE de s’améliorer encore. (...) - source -

>>> c'est par ici

  Ne plus utiliser Microsoft Office et la suite Google est très intéressant. Installé sur un ordinateur, OnlyOffice est gratuit, payant dans d'autres cas. Il semble pas mal du tout, à voir plus en détail...

 

> Projet Loi de Finances 2024 : les associations dénoncent un amendement qui menace de bâillonner la société civile

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : autres Mots clés : aucun

          Pendant l’examen du PLF 2024, la commission des finances de l’Assemblée nationale a adopté un amendement sur le financement des organisations faisant appel à la générosité du public, rédigé par la FNSEA, repris par la droite, l’extrême droite et la majorité. Un amendement très inquiétant pour les libertés d’association et d’expression.

          Vendredi 13 octobre un amendement au projet de loi de finances a été adopté en commission des finances de l’Assemblée nationale : ce dernier, rédigé par la FNSEA et repris sous différentes formes par des député·es de la droite, de l’extrême droite et de la majorité, vise à suspendre les avantages fiscaux à tout organisme faisant appel à la générosité du public au titre des dons, versements et legs lorsque ceux-ci seraient condamnés pour certaines infractions pénales. Il élargit la liste de ces infractions, en y ajoutant entre autres la diffamation, la provocation à la commission de délits, le fait d’occuper un terrain appartenant à autrui ou encore la dégradation de biens.

          Des associations environnementales, citoyennes et paysannes dénoncent fermement cet amendement qui, s’il était définitivement adopté et mis en œuvre, toucherait de plein fouet les organisations qui dénoncent les dérives de notre système agricole et industriel, via la presse ou des actions de désobéissance civile résolument non-violentes. Cet amendement étend dangereusement la liste d’infractions pouvant supprimer les avantages fiscaux, caractérisant ainsi une grave violation des libertés d’association et d’expression. Les associations demandent au gouvernement de tout mettre en œuvre pour que cette mesure soit rejetée, y compris si le texte du Projet de Loi de Finances devait être adopté avec l’usage du 49.3.

          Alors que la crise climatique impacte particulièrement le secteur agricole, qui doit se transformer de toute urgence, cet amendement veut priver certains acteurs, essentiels au débat démocratique, de leur capacité à agir en tant que lanceurs d’alerte. Les actions de dénonciation publique et de désobéissance civile, comme de nombreuses actions de lanceurs d’alerte, ont permis de nombreuses avancées en levant le voile sur la souffrance animale dans certains abattoirs et certaines exploitations agricoles, sur les impacts environnementaux d’un système agricole industriel, ou encore sur les pratiques frauduleuses du système agroalimentaire. Plus généralement, ce texte, s’il était appliqué, toucherait l’ensemble des organisations de la société civile, bien au-delà de celles qui travaillent sur les enjeux agricoles et alimentaires.

          Face à cette nouvelle tentative d’intimidation de la société civile, les organisations continueront de défendre sans relâche les libertés d’opinion et de manifestation, si essentielles face aux épreuves que nous traversons et pour la démocratie, et d’alerter les citoyennes et citoyens sur ces dérives sécuritaires. - source -

Bé, s'étonner encore de tels amendements ? Rien de plus normal dans une dictature !