l'union européenne et la finance sont les ennemis cupides, perfides et impitoyables des peuples européens...


-> Elections européennes le 9 juin, allez voter pour contrer ceux qui vous détroussent depuis des décennies sans aucun état d'âme !...

> attention aux faux RIB !

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : presse Mots clés : aucun

 

Agir plutôt que réagir
         Avant de régler un achat ou un service via un RIB, quelques précautions s’imposent. En cas de fraude, les recours restent très incertains.

Quelles vérifications ?
> Essayez d’obtenir au préalable les coordonnées bancaires directement de la main du professionnel que vous devez payer.
> Vérifiez que l’adresse mail de l’expéditeur (en passant le pointeur de votre souris sur son nom) est identique à celle utilisée lors de précédents échanges, ou faites-la vous confirmer par votre créancier.
> Soyez vigilant sur les coordonnées du RIB.
Pour une banque française, l’Iban commence systématiquement par FR.

Quels recours?
          En cas d’arnaque, les chances d’obtenir un remboursement auprès de votre établissement bancaire sont incertaines. La raison ? Vous êtes à l’initiative du virement et, sauf exception (virement différé ou permanent), l’opération est irrévocable.
          Elle ne peut pas être annulée par votre banque. De plus, la réglementation dispose que si les coordonnées fournies par l’émetteur de la transaction sont inexactes ou liées à une erreur, ni la banque qui envoie le virement ni celle qui le reçoit ne sont responsables. L’une ou l’autre n’ont pas à vérifier l’adéquation entre le nom mentionné sur le RIB et le détenteur du compte (arrêt de la Cour de cassation, ch. corn., du 24/01/2018, n° 16-22336).

          Signalez cependant tout virement frauduleux à votre agence. Dès lors qu’elle en est informée, elle doit tenter de récupérer les fonds. Dans le cas où cela se solde par un échec, elle est tenue de réclamer à la banque du bénéficiaire tous les renseignements utiles en sa possession et de vous les transmettre - mais uniquement si vous les demandez ! Ces éléments pourront vous servir si l’auteur du faux RIB est poursuivi en justice (assez improbable) à la suite d’une plainte déposée au commissariat ou à la gendarmerie, ou directement auprès du procureur de la République.

Pas beau ! Les banques ont réussi à se faire légalement dédouaner sur les usages frauduleux de RIB, d'où l'extension grandissante et florissante de ces arnaques car elles en ont strictement rien à foutre...

> Conseil des prud’hommes : « Les attaques contre les salariés se sont multipliées »

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : autres Mots clés : aucun

          Après avoir dressé le bilan des activités de sa juridiction en 2023, André Loury, président sortant du conseil des prud’hommes d’Alençon (Orne), estime que « depuis de nombreuses années, les attaques contre les salariés se sont multipliées et leurs droits sont diminués ».

          Une activité qui a globalement tendance à se maintenir d’une année sur l’autre. Avec seulement une répartition des saisines qui souligne qu’entre 2022 et 2023, les litiges liés au commerce sont en forte diminution par rapport aux affaires venant des secteurs de l’industrie et des activités diverses.

          Au-delà du bilan chiffré de l’activité du conseil des prud’hommes d’Alençon, qu’il a présidé en 2023, et dont la mission consiste à régler les litiges individuels entre employeur et salarié survenus à l’occasion de tout contrat de travail, André Loury a profité de l’audience solennelle de rentrée, qui s’est tenue lundi 22 janvier 2024, pour souligner les difficultés auxquelles est confrontée la juridiction.

Droits diminués

          « L’année 2023 a été marquée par la démission de plusieurs conseillers. Ce qui a alourdi considérablement la tâche des conseillers restants. Depuis de nombreuses années, estime-t-il, les attaques contre les salariés se sont multipliées et leurs droits sont diminués. »

          Pour lui, sont notamment responsables, « la durée de prescription limitée, le barème Macron sur les dommages et intérêts, la présomption de démission après un abandon de poste et des droits au chômage réduits. Ce n’est qu’une infime partie des droits détruits. »

« Ceci pénalise les justiciables »

          « En parallèle, les conseils des prud’hommes sont attaqués en diminuant les temps accordés aux conseillers pour l’exercice de leur mandat et en fusionnant les personnels des greffes des conseils avec ceux des tribunaux judiciaires pour pallier les lacunes de ces derniers », dit-il, en s’interrogeant : « Quel est l’objectif visé ? Détruire les conseils des prud’hommes pour ainsi limiter les recours des salariés ? »

Limitation de l’accès à la justice sociale

          Et de poursuivre en soulignant que « les journées « justice morte » illustrent ce manque de personnel. […] Les arrêts de travail se multiplient parmi les greffières. Nous sommes parfaitement conscients de la diminution de personnel au tribunal judiciaire d’Alençon, mais le conseil des prud’hommes peut-il en supporter davantage les conséquences ? »

          André Loury conclut en indiquant que « ceci pénalise les justiciables, par la limitation de l’accès à la justice sociale. Bien qu’interpellé sur les conséquences engendrées, les autorités, sur le plan national, ne changent rien à la situation qui ne fait que s’aggraver. » - source -

C'est tout simplement le processus de destruction de la justice sociale voulue par les droites et les centres, au même titre de la destruction de la protection des consommateurs, de la santé, de l'école,... ET en corollaire, l'augmentation des moyens techniques de surveillance, des répressions, des moyens des forces de "sécurité", des places en prison,...

          C'est la destruction totale, toujours voulue par les ennemis héréditaires des basses classes sociales, annoncée et pratiquée activement par Sarkozy, Hollande puis Macron, 1°) des accords sociaux d'après guerre avec le CNR - Conseil National de la résistance - ( nationalisation de l'énergie, des assurances, des banques et la création du régime général de la Sécurité sociale,... ) mais aussi toutes les avancées sociales découlant de mai 1968, 2°) les accords de Grenelle ( réduction du temps de travail, droit syndical, retraites, allocations vieillesses, allocations familiales,...).

 

> nos pôvres agriculteurs...

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : autres Mots clés : aucun

          C'est avec surprise que j'ai entendu que la première revendication des agriculteurs concerne la non-augmentation de quelques centimes du GNR ( ou gasoil non routier ) qui fait fonctionner leurs tracteurs ( et certainement le reste ). On a ainsi appris que le coût d'un litre de GNR était à 75 cts d'euro mais après, décotes, détaxes, remises, réductions, rabais, et autres, un agriculteur ne payait que 7 cts ledit litre !!!

          ET les ouvriers, salariés, travailleurs qui vont au travail avec leur bagnole car ils ne peuvent pas faire autrement ? L'état leur fournit un gasoil à 17 cts ? Bien au contraire ! Une réglementation de plus en plus cupide leur fait cracher leurs derniers centimes pour pouvoir aller bosser...

           Je vous rappelle aussi que nos chers agriculteurs, avant de lever le petit doigt le matin et balancer leurs pesticides tous azimuts pour polluer allégrement l'air et l'eau, palpent TOUS des aides de la PAC ( Politique Agricole Commune ), équivalentes à environ 1 smic annuel... Allez faire un tour > https://www.telepac.agriculture.gouv.fr/telepac/tbp/feader/afficher.action et regardez ce que palpent les agriculteurs de votre commune en 2022, vous allez être très surpris...

 

🎨 Salome Khubashvili, vous connaissez ?

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : arts Mots clés : aucun

          Salome Khubashvili est une artiste géorgienne née en 1995 qui vit et travaille à Tbilissi en Géorgie. En 2013, elle est diplômée du groupe de peinture de l'École d'Art de Tbilissi, Decade. En 2017, elle est diplômée de la Faculté de Peinture de l'Académie d'Art d'État Apollo Kutteladze à Tbilissi et obtient un baccalauréat. En 2019, elle a obtenu une maîtrise dans cette même université.

► pour lire la suite...

> agri-terroristes ou simplement voyous ?

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : autres Mots clés : aucun

Arbres tronçonnés, portail enfoncé : à Saintes, les agriculteurs s’attaquent aux pêcheurs sous les yeux des forces de l’ordre

 

          Les agriculteurs de la FDSEA et des JA ont ciblé à Saintes la Fédération de pêche de la Charente-Maritime. Celle-ci dénonce régulièrement les conséquences de l’irrigation sur les milieux aquatiques.

          Les adhérents la FDSEA 17 et des Jeunes agriculteurs (JA) ont visé dans la nuit de jeudi à vendredi, à Saintes, le siège de la Fédération de pêche de la Charente-Maritime (*). Le bâtiment abrite aussi l’EPTB Charente, l’établissement public chargé de l’aménagement du fleuve et de ses affluents. Bilan de cette action nocturne effectuée sous les yeux des forces de l’ordre : une clôture arrachée, un portail et un sas d’entrée enfoncés sous le poids des encombrants et… six arbres tronçonnés.

          Sidérés, les pêcheurs ont découvert les dégâts au petit matin avant de déposer une plainte au même titre que l’EPTB Charente. « Je n’arrive pas à trouver la définition du bon sens paysan », assure, amer, Gilles Brichet, le président des pêcheurs – 22000 cartes en 2023. Lui s’interroge encore : « Couper des arbres ? Quelle est la morale ? Quel est le message ? » Dans un département traumatisé par les assecs estivaux (600 à 800 kilomètres de cours d’eau asséchés chaque année), la Fédération de pêche de la Charente-Maritime dénonce régulièrement les effets délétères de l’irrigation agricole.

          Cette position et les recours intentés par les pêcheurs – notamment contre les autorisations de prélèvement accordées aux irrigants – seraient ainsi à l’origine de cette opération. Alexandre Agat, vice-président de la FDSEA 17, assume sans détour. « Ça n’aurait pas dû se passer », reconnaît-il seulement à l’évocation des arbres abattus. Mathieu Cerf, président des JA en Charente-Maritime, confirme : « Couper des arbres n’était pas le mot d’ordre, c’est parti trop loin mais il faut se faire entendre. Nous occupons l’A10, les gars ont besoin de bouger ». Son message : « De l’eau, il y en a mais il faut la gérer autrement », dit-il en évoquant « un dialogue compliqué » avec les pêcheurs.

          « Nous œuvrons pour la qualité de l’eau et la biodiversité. Les prélèvements agricoles doivent être supportables pour les milieux aquatiques. C’est une question d’intérêt général », estime de son côté Marie Rouet, la directrice de la Fédération de pêche. « Les revendications des agriculteurs – leurs rémunérations, entre autres – sont légitimes. Mais quel est le rapport avec nous ? Nous travaillons sur la préservation de la qualité de l’eau et des milieux aquatiques. Ce sujet doit être fédérateur. Mais nous avons servi de défouloir », regrette Baptiste Sirot, le directeur de l’EPTB Charente. « C’était ça où [les agriculteurs] cramaient l’autoroute », rétorque Alexandre Agat qui tente de « contenir [ses] gars » depuis mercredi et leur installation au pied de l’échangeur de l’A10. - source -

Et bien évidemment, aucun empêchement par la police ou de la gendarmerie... le manifestant standard salarié ou travailleur habituel devrait emprunter des tracteurs ou se faire chasseur ou se faire agriculteur et adhérer à la FNSEA, impunité garantie...

 

🔨 BLOB du jour

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : blob Mots clés : aucun

          " Les grandes et moyennes surfaces font de 18 % à 22 % de marge brute, et l'agroalimentaire se balade entre 35 % et 53 %. Évidemment, si on les écoute, ils prétendent ne faire que 1 % ou 2 % de marge. C'est normal, ils ont créé des sociétés écrans qui leur permettent de masquer leurs bénéfices... " Philippe Grégoire, éleveur de bovins et producteur de lait.

> le séparatisme climatique des ultrariches ( partie 2/2 )

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : mondialisation Mots clés : aucun

Îles privées, piscines fortifiées... Ces boîtes qui font du blé sur la survie des riches

          L’effondrement est devenu un marché comme un autre. Pour accompagner les ultrariches en quête d’évasion face à la crise climatique, tout un business s’est développé. Depuis trois ans, avec les confinements successifs et la menace de la guerre, le secteur, en plein boum, surfe sur l’angoisse apocalyptique.

          Construction de bunkers, achat de propriétés survivalistes « clés en main », yachts prêts à voguer sur les eaux internationales, réseaux secrets de fermes autonomes… Les entrepreneurs proposent à leurs clients fortunés toute une déclinaison d’offres pour se préparer sereinement à la fin du monde.

          L’intellectuel américain Douglas Rushkoff, qui a mené une enquête sur le sujet, raconte même dans le Guardian comment de nouveaux métiers émergent : des agences immobilières spécialisées dans les logements « résistants aux catastrophes », des entreprises du BTP tournées vers les « habitations souterraines », des sociétés de sécurité privée offrant toutes sortes de « gestion des risques ». Les ultrariches sous-traitent à des experts des plans d’évacuation d’urgence et sollicitent des services médicaux spécialisés.

► pour lire la suite...