l'union européenne et la finance sont les ennemis cupides, perfides et impitoyables de ses populations surexploitées...



Le gouvernement est une association d'hommes qui font violence au reste d'entre nous - Tolstoï

> du libre-échange ou du miel !

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : europe de merde Mots clés : aucun

          Et c’est reparti pour France 2030 ! Comment ? Vous ne connaissez pas ? Il s’agit de faire pousser à nouveau dans notre pays cet étrange objet du non-désir : les usines. Plus de 3000 projets, sept défis, des milliards comme s’il en pleuvait - pleurez, professeurs, infirmiers, policiers... -, à l’Élysée, on fait dans le grand, le sublime et, si j’osais... Bon allez, j’ose : dans le chinois.

          Je vous mets les mots-clés du discours prononcé par le président à Toulouse la semaine dernière : grande nation de l’aéronautique ; décarbonation (aucune contradiction ici) ; plus vite ; Bisounours ; plus fort ; sobriété ; hydrogène (oui, il y a un intrus). Et cette phrase, que les enfants apprendront désormais à l’école primaire : « On ne peut pas avoir des procédures deux fois plus longues que celles de nos concurrents asiatiques et américains. »

          Pendant ce temps-là, nos amis agriculteurs ont trouvé un nouveau jeu : retourner les panneaux indiquant le nom des villes, pour montrer que «l'on marche sur la tête ». Bien sur, ils dénoncent les taxes. Personne n’aime les taxes. Mais ils expliquent aussi quelque chose d’autre : le gouvernement leur demande à la fois d’être vertueux ET de résister à la concurrence de ceux qui ne le sont pas. Problème : c’est impossible.

          La solution existe pourtant : imposer les mêmes normes aux produits importés qu’aux produits made in France. Quoi ? Vous êtes protectionniste? Vous voulez la guerre? Dans la tête des hauts fonctionnaires, des économistes écoutés, il y a ce réflexe pavlovien : toute réduction de la liberté totale des échanges conduirait à la guerre, la crise des années 1930 en étant la démonstration implacable. Bref, pour eux, droits de douane = Auschwitz.

          Tout d’abord, le commerce international étant très peu développé à l’époque, la hausse des droits de douane après le krach de 1929 n’a que peu joué dans l'aggravation de la crise. Ensuite, les États-Unis et la Chine sont protectionnistes. Sont-ils en guerre avec nous ? Enfin, que se passe-t-il, à votre avis, quand vous êtes les seuls à ouvrir totalement vos frontières, alors que vos concurrents ne font pas de même?

          Résultat du mirage libre-échangiste : à l’échelle de la planète, les investissements ont désormais pour première destination l’Asie (52 % du total). Puis ils vont aux États-Unis (23 %). Le continent européen, lui, ne reçoit que... 10 % du total, et encore, c’est grâce aux Ricains, qui continuent à investir chez nous, thank you guys ! Car les entreprises européennes construisent des usines surtout en dehors de l’Union européenne, les françaises encore plus que les autres (coucou Renault, coucou Stellantis).

          En 2019, l’Italie, seul pays membre du G7 à avoir fait cette connerie, avait signé en très grande pompe un accord avec la Chine, afin d’entrer dans son programme impérial, les «nouvelles routes de la soie». Les Chinois avaient fait miroiter des investissements, les Italiens les ont crus. Quatre ans plus tard, les résultats sont là : 17 milliards d’euros d’exportations italiennes vers la Chine ; contre 70 milliards d’exportations chinoises vers la Botte. Bref, les Italiens se sont fait berner. Ils viennent de sortir de l’accord, en catimini.

          Mais les Italiens ne sont pas les seuls à se faire défoncer par les Chinois. En Gaule, les apiculteurs protestent contre les importations de miel à bas prix. Miel qui, comme vous le savez j’espère, dans de nombreux cas, ne contient pas de miel, si, si. Alors, le chômage, l’effondrement économique, la disparition de la classe moyenne, bon, pourquoi pas. Mais que le libre-échange fasse mourir nos apiculteurs, ça, je ne te le pardonnerai jamais, Manu ( Gilles Raveaud ). - extrait de Charlie-Hebdo n° 1639 du 20 décembre 2023 -

Bé oui ! ..."  les États-Unis et la Chine sont protectionnistes..." et pour les plus grands bénéfices de ses très cupides actionnaires, l'union européenne de merde a sacrifié les populations de tous les pays qui la compose, finalement, pire que la Chine !