France 2023 : smic mensuel net 1.353 €, ( minimum vieillesse 916 €, RSA 598 € et salaire médian net 1.957 € )
Dette de la France début 2023 : 3 000 Md€, soit 113 % du PIB, + 582 milliards en 3 ans...
en 2023, n'oubliez pas cet adage : " ils font semblant de nous payer, on fait semblant de travailler "...

L'union européenne est l'ennemi cupide, perfide et impitoyable de ses populations


> bientôt la mise en service des radars urbains...

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : autres Mots clés : aucun

ils vont fleurir en masse dans les villes et les villages ! Qui ont maintenant généralisé les limitations à 30kms/h quasiment partout, voire 20 ou même 15 ! ça va faire mal... Combien perçoivent les communes à chaque flash ?

 

💩 Europe : la Cour de justice de l'union européenne au service des paradis fiscaux

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : europe de merde Mots clés : aucun

          Une décision de la justice européenne remet en cause la législation de transparence financière du Grand-Duché du Luxembourg.

Actionnaires, restez cachés !

          La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a rendu un arrêt, mardi 22 novembre, qui permet aux bénéficiaires d’une entreprise de rester inconnus du grand public. Le 13 janvier 2019, le Luxembourg, pressé par ses partenaires qui voient en lui un paradis fiscal, avait adopté une loi anti-blanchiment instituant un « Registre des bénéficiaires effectifs » (RBE) des sociétés du Grand-Duché. En vertu de cette loi, un citoyen permettait de demander au Luxembourg Business Registers (LBR) de connaître quel est le bénéficiaire d’une entreprise. Par sa décision prise mardi, la CJUE a fait le choix de rendre invalide la loi.

           Un tribunal d’arrondissement du Luxembourg avait été « saisi de deux recours introduits respectivement par une société luxembourgeoise et par le bénéficiaire effectif de cette société », rappelle la Cour dans un communiqué. Ces derniers « avaient demandé, sans succès à LBR de limiter l’accès du grand public aux informations les concernant (…) estimant que la divulgation de telles informations est susceptible d’entraîner un risque disproportionné d’atteinte aux droits fondamentaux des bénéficiaires effectifs concernés ».

Le droit à la vie privée instrumentalisé

          La Cour a reconnu ces arguments, s’appuyant sur les articles 7 et 8 de la Charte des droits fondamentaux qui reconnaît le droit à la vie privée et à la protection des données à caractère personnel. « Les informations divulguées permettent à un nombre potentiellement illimité de personnes de s’informer de la situation matérielle et financière d’un bénéficiaire effectif », justifie la cour dans son communiqué.

          La loi luxembourgeoise permettait pourtant de lutter contre la prolifération des « sociétés écrans » dont on ne connaît pas les réels bénéficiaires, un montage financier caractéristique des paradis fiscaux.

          La décision de la cour n’est pas restée sans conséquence. Dès mardi, quelques heures après l’arrêt européen, le Ministère luxembourgeois de la Justice a suspendu l’accès au portail internet du Registre des bénéficiaires effectifs.

          « L’accès aux données sur les bénéficiaires d’une propriété est vital pour identifier et stopper la corruption et l’argent sale, a réagi Maira Martini, experte pour l’ONG Transparency International. Plus les gens ont accès à une telle information, plus il y a une chance de connecter les points. Nous avons vu encore et encore, de la République tchèque au Danemark en passant par le Turkménistan, comment l’accès public aux registres aide à dévoiler des accords louches. Au moment où le besoin de traquer l’argent sale apparaît de manière aussi forte, la décision de la cour nous ramène des années en arrière ». La loi luxembourgeoise participe de la retranscription de la directive européenne contre le blanchiment d’argent de 2018. Avec sa décision, la CJUE revient sur ce progrès, déplore Transparency international. Cette décision rendra plus difficile le travail des journalistes pour mettre en lumière les pratiques des sociétés écran." - source -

Et qui a été président de la commission européenne avant notre très chère Ursula von der Leyen ? Jean-Claude Juncker , le luxembourgeois valet des banquiers et responsable du paradis fiscal qu'est le Luxembourg*... Par là, on voit bien que la "justice" de l'union européenne de merde privilégie les actionnaires au détriment des populations mises en coupes réglées... ET, la valse des billets volés optimisés continue...

il a bien raison de rire, lui...

En 1995 "on" m'avait proposé une affaire en or : souscrire des emprunts la banque européenne d’investissement pour son tout nouveau et très opaque fonds d'investissement européen. Cet argent ( 30/40/50 milliards d'€ ? ) était mis au chaud au Luxembourg avant d'être redistribué (?) dans l'union européenne. L'affaire en or, c'est que cet emprunt rapportait 25% sur 3 ans non imposables. Malheureusement, je n'avais pas les 250 millions de francs nécessaires pour la mise la plus basse...

 

petit rappel :

6 novembre 2014 : Enquête sur le “premier paradis fiscal du monde” ( ce cher Juncker a pris 5 jours avant ses fonctions de président de la commission européenne )

          (...) Le système fiscal luxembourgeois prive des gouvernements autour du monde “des milliards d’euros de recettes fiscales” grâce aux accords secrets avec de milliers de multinationales peu présentes dans le petit pays européen, révèle Le Monde, qui publie une longue enquête réalisée en partenariat avec une quarantaine de médias internationaux et le collectif américain International Consortium of Investigative Journalists.

          Menée sur la base de 28 000 pages d’accords secrets signés entre le Grand-Duché et 340 grandes entreprises, parmi lesquelles Amazon, Apple, Deutsche Bank et Ikea, l’enquête a révélé notamment que ces groupes réalisent des milliards d’euros d’économie chaque année grâce à la création d’une holding ou d’une filiale au Luxembourg avec très peu d’activités et de salariés. […] Toujours stratégiques, ces opérations visent un but unique : acquitter l’impôt le plus faible possible, sinon obtenir une exonération totale.

          Les dispositifs fiscaux “sont légaux, mais jugés nocifs”, note le quotidien français, qui ajoute que la Commission européenne enquête, depuis juin, sur les pratiques d’un pays qui a bâti un régime fiscal sur mesure pour ces grands groupes, dérogatoire du droit commun. Elle estime que les avantages accordés à certaines entreprises sont potentiellement assimilables à des aides d’État illégales. (...) - source -

 

> pesticides : le « tour de passe-passe » pour rendre l’eau potable

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : santé Mots clés : aucun

          Fin septembre, l’eau potable de plusieurs millions de Français contaminée par l’ESA-métolachlore, un résidu d’herbicide, est… redevenue conforme. Un « tour de passe-passe » de l’État, dénonce une ONG.

          C’est l’histoire d’un polluant, l’ESA-métolachlore, qui disparaît subitement des eaux. Depuis le 1er avril 2021, ce métabolite issu de la dégradation du S-métolachlore – herbicide très largement épandu dans les cultures – est recherché systématiquement dans les analyses de qualité de l’eau. Et quand on cherche, on trouve. Sur les 16 845 prélèvements d’eau potable réalisés en France entre le 1er janvier 2022 et le 31 août 2022, 2 791 – soit près de 17 % – affichaient un taux d’ESA-métolachlore supérieur à 0,1 microgramme/litre (µg/L), la limite de qualité. Des taux fâcheux pour les industriels des pesticides — et pour l’État. L’un d’eux a donc livré de nouvelles études menant à ce que les agences gouvernementales revoient à la baisse la dangerosité de la molécule. « Un remarquable tour de passe-passe », selon Générations futures, qui dénonce « une méthode d’évaluation qui ignore le principe de précaution ».

          Dès fin 2021, Syngenta, l’un des fabricants du S-métolachlore, a soumis de nouvelles études à l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). « La réglementation prévoit que c’est aux industriels d’apporter les preuves de l’innocuité de leurs produits », précise Éléonore Ney, cheffe de l’unité d’évaluation des risques liés à l’eau à l’Anses. « Jusque là, nous n’avions pas suffisamment de données sur le potentiel génotoxique de ce métabolite, les études fournies étaient anciennes et n’avaient pas été réalisées selon les normes actuelles. Nos experts ne pouvaient pas se prononcer. Dès lors l’ESA-métolachlore était classé comme molécule pertinente. » Concrètement, cela signifiait qu’au-dessus de 0,1 µg/L, l’eau était considérée comme non potable.

► pour lire la suite...

🎨 Lucie Llong, vous connaissez ?

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : arts Mots clés : aucun

          " Lucie LLONG, créatrice, artiste peintre, dessinatrice, illustratrice et plasticienne, est diplômée en arts plastiques de la Sorbonne à Paris. Voyages, couleurs et rencontres, voilà 3 notions qui ont influencé son travail artistique. (...)

          Elle exerce aujourd’hui son activité à Champeix, village situé dans le Puy-de-Dôme, en Auvergne. Elle puise son inspiration pour la faune et la flore dans sa région d’adoption. "

 

.../...

► pour lire la suite...

> tiens ! on reparle du covid et d'une 9ème vague...

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : santé Mots clés : aucun

Les chiffres et cartes du Covid-19 en France au 26 novembre 2022

          Pendant que l’Assemblée nationale débat bruyamment de la réintégration des soignants non-vaccinés, une neuvième vague de coronavirus pointe son nez.

          L’accalmie aura été de courte durée et elle ne va pas arranger la situation déjà tendue dans les hôpitaux à cause de l’épidémie de bronchiolite et de l’arrivée de celle de la grippe. Mais Santé Publique France l’a bien confirmé ce vendredi 25 novembre. Une neuvième vague de Covid-19 est en train d’arriver dans le pays faisant planer ainsi le spectre d’une « triplédémie ».

          Le bilan hebdomadaire de SPF note ainsi une « reprise de la circulation » du coronavirus ainsi qu’une hausse des hospitalisations (et même des admissions en soins critiques) au moment même où la classe politique débat bruyamment de la réintégration des soignants non-vaccinés.

          Avoir une indication précise du nombre de cas est chose compliquée depuis que mi-novembre, un mouvement social des laboratoires de biologie empêche la remontée des informations. Il reste cependant les données transmises par les pharmaciens qui pratiquent notamment les tests antigéniques ; ceux-ci témoignent largement de cette reprise qui a pris corps il y a une dizaine de jours.

          C’est donc très logiquement qu’après un décalage toujours observé depuis le début de l’épidémie, la situation s’est aussi inversée dans les hôpitaux. Cela incite donc les autorités sanitaires à redoubler les appels à la vaccination des publics les plus fragiles, même si on a vu lors de la huitième vague à la rentrée que les conséquences sanitaires avaient été limitées.

          Vendredi 25 novembre, la Direction générale de la Santé recensait 48 629 nouveaux cas. Certes, c’est moins que la veille mais environ 10 000 de plus que le vendredi précédent, ce qui se vérifie que la carte bleue qui donne une moyenne des cas sur une semaine. On la voit très nettement augmenter depuis une grosse dizaine de jours. (...) - source -

 

A une certaine époque, un tel taux était, soi-disant, une catastrophe. Aujourd'hui, "ils" s'en fichent car "ils" ont décidé de ne rien faire pour que la population s'auto-immunise en l'attrapant, peu importe le nombre de morts et autres effets collatéraux... sans oublier que c'est très bon pour le business de l'industrie pharmaceutique et associés,...

 

> Avez-vous une connexion de merde ?

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : en ligne Mots clés : aucun

           Évidemment, quand on parle qualité de connexion internet, la plupart des gens pensent : vitesse et ping. C’est vrai que c’est essentiel et ça peut se mesurer avec des outils comme Fast.com ou Speedtest. Mais il y a aussi la stabilité de votre ligne ADSL, de votre Fibre ou de votre connexion 4G/5G qui est importante.

          Une connexion avec beaucoup de bande passante, c’est cool pour regarder une vidéo en ligne ou télécharger un fichier, mais pour des activités moins gourmandes comme la visioconférence ou les jeux vidéos, ce qui compte surtout c’est que les réponses à vos requêtes soient rapides et fiables. Si vos requêtes ne parviennent pas à leur destination, les paquets sont alors perdus et cela peut dégrader votre expérience de jeu par exemple.

          Sur du FPS, pour être bien il faudrait que le ping soit à minima bien en dessous des 60ms et qu’il n’y ait aucun paquet perdu.

          Même chose pour les visioconférences ou la VoIP, vous devez avoir quelque chose de bon niveau ping et une certaine régularité dans l’arrivée de vos paquets TCP pour que la discussion reste compréhensible.

          Alors, comment évaluer ça ? Et bien rendez-vous sur le site Packet Loss Test (en anglais) pour mesurer la fiabilité de votre connexion, et déterminer à la fois la latence, mais également le pourcentage de paquets perdus. (...) Si vous avez beaucoup de paquets perdus, ce n’est pas forcément la faute de votre FAI. Jouez avec les réglages du site pour adapter le test à votre bande passante maximale. Et si ça ne change rien, il est fort probable que vous ayez sur votre réseau local, un routeur ou une carte réseau qui se comporte mal. Il faudra alors jouer au jeu du « Je te débranche, je re-teste et je vois si ça va mieux« .

           Enfin, si rien ne cloche, un petit coup de fil au fournisseur d’accès internet. Bon courage avec cette dernière étape. - source -

>>> c'est par ici

traduction : " Ce site utilise la technologie WebRTC de pointe pour vérifier gratuitement la perte de paquets, la latence et la gigue de votre connexion Internet dans votre navigateur. Ces problèmes peuvent tous être causés par divers problèmes similaires, que vous pourrez, nous l'espérons, trouver et résoudre grâce à ce moyen facile de les tester.

          Cela complète un test de vitesse traditionnel, qui ne mesure que la vitesse brute et la latence. La vitesse est importante pour la navigation générale sur Internet, le téléchargement de fichiers et le streaming vidéo, mais elle n'est pas une très bonne mesure des performances pour les activités plus communicatives.

          Les activités telles que les jeux et le chat vocal ne nécessitent généralement pas beaucoup de bande passante brute, mais elles exigent des réponses rapides et fiables. Ces programmes ne renvoient généralement pas d'informations si elles ne parviennent pas à destination, de sorte que si des paquets sont perdus en cours de transmission, ils sont définitivement perdus, ce qui peut également avoir un impact significatif.

          Jusqu'à récemment, les navigateurs Web n'étaient pas en mesure de tester ce type d'interaction, puisqu'ils ont toujours essayé à nouveau de tout faire fonctionner. Récemment, cependant, le WebRTC a été ajouté aux navigateurs modernes, permettant enfin ce type de test. Je n'ai pas trouvé d'autre site qui ait mis en place ce type de test, alors j'en ai créé un. Cela rend très facile pour quiconque de tester la perte de paquets (également connue sous le nom de "chute de paquets") sans télécharger un outil plus compliqué comme iPerf. Maintenant, vous pouvez simplement cliquer sur "Start Test" ci-dessous, et ensuite interpréter vos résultats. "...

 

> les 4 géants céréaliers tirent des superprofits records de la crise alimentaire

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : mondialisation Mots clés : aucun

          Les ABCD, pour Archer Daniels Midland, Bunge, Cargill et Louis Dreyfus, ces mastodontes contrôlent 70% du marché mondial des céréales et jouent un rôle fondamental dans la fixation de leur prix.

          La situation est si grave qu’il faut l’écrire clairement : la guerre en Ukraine est le prétexte idéal d’une hausse des prix scandaleuse permettant aux géants de l’agro-industrie d’engranger des profits records, tout en empirant la crise alimentaire qui a commencé en 2019, bien avant le début du conflit armé entre l’Ukraine et la Russie.


Une crise alimentaire structurelle

          Sous fond de spéculation, la crise alimentaire s’est dramatiquement intensifiée et le Programme Alimentaire Mondial lance l’alerte : jusqu’à 828 millions de personnes se couchent en ayant faim chaque soir, et le nombre de personnes confrontées à une insécurité alimentaire aiguë a plus que doublé – passant de 135 millions à 345 millions – depuis 2019. Au total, 49 millions de personnes dans 49 pays sont au bord de la famine, dont le Liban, le Yémen, le Soudan et la Somalie.

          De nombreux lobbies tentent de faire croire que le problème viendrait d’une « pénurie » de production d’aliments, causée entre autres par la guerre en Ukraine. Or, non seulement des millions de tonnes de céréales ont pu être exportés dès juillet, dont l’accord de circulation vient juste d’être prolongé, mais en plus la production alimentaire mondiale augmente plus rapidement que la croissance démographique depuis les années 1950.

          La production mondiale de blé était exceptionnelle en 2021 et devrait « atteindre un niveau record de 784 millions de tonnes en 2022/23 », notamment portée par les récoltes russes et canadiennes. 

          Le problème vient donc d’une question d’usage (compétition entre la nourriture humaine, celle du bétail et la production d’agrocarburants), de gaspillage dans les pays riches, de pertes de cultures dans les pays possédant de mauvaises infrastructures de stockage, mais surtout de répartition.

► pour lire la suite...

🥳 à l'Assemblée Nationale...

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : humour Mots clés : aucun

humour ? j'en suis pas sûr...

et je doute que cela arrive un jour...

(...) " Peut (nettement) mieux faire. L’antenne locale de Transparency international porte un regard assez critique sur le 22e rang français dans l’édition 2021 de son classement de la perception de la corruption, dévoilé ce mardi 25 janvier. Certes, la France, positionnée entre l’Uruguay et les Seychelles, gagne une place et améliore légèrement son score (71 sur 100, +2 points à l’indice* de la perception de la corruption) par rapport à 2020. Mais elle apparaît très en retard sur les nations modèles que sont le Danemark, la Finlande et la Nouvelle-Zélande. Trois pays qui se partagent la première place du classement avec 88 points.

Après avoir atteint son meilleur score en 2005, la France stagne entre la 20e et la 25e place, depuis le début des années 2010. “La faute à l’absence de stratégie globale et soutenue (...) en matière d’éthique et de lutte contre la corruption : chaque progrès est annulé par un recul”, regrette la branche française de Transparency international, par la voix de son président, Patrick Lefas. "... - source -

💩 Europe : la classification du dioxyde de titane en tant que substance cancérogène annulée par la justice européenne

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : europe de merde Mots clés : aucun

          L’Agence européenne des produits chimiques avait classifié le dioxyde de titane comme substance cancérogène en 2017. Une décision contestée par bon nombre d'industriels qui viennent d'obtenir gain de cause devant la justice européenne. C'est "très regrettable", déplore l'association Avicenn.

          Le tribunal de la Cour de justice de l'Union européenne annule la classification du dioxyde de titane en tant que substance cancérogène par inhalation sous forme de poudre. Le dioxyde de titane, ou E171 dans l'industrie agro-alimentaire, est une nanoparticule utilisée, notamment, sous la forme d’un pigment blanc pour ses propriétés colorantes et couvrantes. On la retrouve dans les peintures, les cosmétiques, les médicaments ou encore les jouets.

          Cette décision est jugée "très regrettable" sur franceinfo par Mathilde Detcheverry, déléguée générale d'Avicenn, association de veille et d'information civique sur les enjeux des nanosciences. 800 médicaments parmi les plus prescrits contiennent du dioxyde de titane, selon le magazine "Kali"

          Plus d'un million de tonnes de dioxyde de titane sont produites chaque année dans l'Union Européenne. En 2016, à la demande de chercheurs français, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a soumis à l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) une proposition de classifier le dioxyde de titane comme substance cancérogène. Chose faite en 2017. Le comité d’évaluation des risques de l’ECHA a classé le dioxyde de titane en tant que substance cancérogène de catégorie 2, avec la mention de danger "H 351 (inhalation)".

          "Le comité européen de la sécurité des consommateurs a interdit l'utilisation du dioxyde de titane sous forme nano dans les sprays", confirme Mathilde Detcheverry qui rappelle également que "beaucoup d'agences françaises telles que l'Anses et le Haut conseil à la santé publique, ont alerté depuis longtemps sur le danger du dioxyde de titane". 

Manque de preuves intrinsèques

          Plusieurs recours devant la justice européenne ont été déposés par des industriels du secteur pour faire annuler cette classification. Ils viennent d'obtenir gain de cause. Le tribunal a jugé que "l’exigence de fonder la classification d’une substance cancérogène sur les études fiables et acceptables n’était pas satisfaite". Il constate aussi que cette classification "ne peut viser qu’une substance intrinsèquement capable de provoquer le cancer." La décision de la Cour de justice européenne est à effet immédiat. La Commission européenne a la possibilité de faire appel et doit s'exprimer sur le sujet lors d'une conférence de presse à la mi journée.

          Mathilde Detcheverry se dit favorable à un éventuel pourvoi de la part des autorités françaises : "C'est inévitable, ce ne serait pas compréhensible qu'il n'y en ait pas", considère-t-elle. Cette décision de la justice européenne constitue une "défaite de l'information et de la protection". "Un travailleur qui n'est pas informé qu'il est exposé à ces particules ne peut pas prendre les mesures de protection qui s'imposent, comme les masques", explique-t-elle. - source -

 

S'en étonner ? C'est oublier que l'union européenne privilégie toujours le commerce, les multinationales et leurs actionnaires au détriment de ses populations qui, pour elle, ne sont "rien". D'autant plus que là ça touche les profits de l'industrie pharmaceutique, très très amie avec cette chère Ursula von der Leyen...

> antibiotiques : l’antibiorésistance est une pandémie silencieuse

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : santé Mots clés : aucun

          Depuis leur découverte au début du XXe siècle, les antibiotiques ont transformé la médecine, humaine comme animale, en permettant de faire reculer de nombreuses maladies bactériennes. Mais leur utilisation s’est accompagnée de l’émergence de souches résistantes qui menacent leur efficacité.

          Pour freiner le grave risque que représente l’antibiorésistance pour la santé publique mondiale, certains pays ont pris des mesures drastiques, notamment en ce qui concerne les pratiques d’élevage. D’autres, au contraire, tardent à agir.

          Jean-Yves Madec, directeur scientifique antibiorésistance de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) et Florent Parmentier, secrétaire général du Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) font le point sur la situation et nous expliquent pourquoi il est si difficile de prendre des mesures à la hauteur de la menace.

► pour lire la suite...